Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 14:48

Et voilà! quand  ce sont les riverains qui dénoncent les ravages de l'alcool parce qu'ils en ressentent les effets sous leurs fenêtres, ce sont de vieux croutons, mais quand c'est le très sérieux Institut national de prévention et d’éducation à la santé , on se penche sur la question. Voilà plus de 10 ans que nous alertons les institutions, comme quoi, on ne voit que ce que l'on veut voir!!

Une étude démontre une forte augmentation de l’ivresse dans la région toulousaine, notamment chez les jeunes. À l’heure où un clip sur les fêtes alcoolisées fait le buzz, les spécialistes s’inquiètent.

Les récentes conclusions de l’étude menée par l’Institut national de prévention et d’éducation à la santé (Inpes) ont notamment démontré une augmentation globale de l’ivresse en France, avec parmi les plus fortes hausses celle enregistrée en Midi-Pyrénées. Dans la capitale régionale, où l’on débattra de l’addiction liée à l’alcool demain soir (lire en encadré), l’inquiétude, tant des spécialistes que des parents dépassés par l’ampleur du fléau qui frappe leurs adolescents, n’a jamais été aussi palpable. «Si l’alcool est le symptôme d’un malaise chez de nombreuses personnes, il est aussi représentatif d’un phénomène urbain. On assiste à Toulouse à un degré de solitude que l’on n’imagine pas. À côté des groupes clairement identifiés, jeunes ou moins jeunes, il y a des personnes solitaires que l’on ne voit pas et dont la consommation atteint une réelle gravité», explique le Dr Henri Gomez, psychiatre alcoologue.

Alcooliques anonymes, visibles ou pas, mais aussi alcooliques de plus en plus jeunes : le spécialiste reconnaît que «l’on boit énormément sur les campus et les universités». Elodie, une mère de famille, se dit ainsi indignée par la soirée étudiante «alcool no limit » à laquelle sa fille de 17 ans vient de participer : «Pour attirer les jeunes, le prix de l’alcool était cassé : 1 € le verre ou le shot, 30€ pour les bouteilles !» L’occasion de rappeler que les filles sont devenues les égales des garçons en faisant le choix de boire de manière quasi-mécanique. «C’est vrai que depuis environ trois ans on assiste à une nette augmentation de la consommation d’alcool chez les jeunes», confirme Jean-Claude Belin, le directeur de l’antenne haut-garonnaise de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA). Il ajoute cependant qu’il ne faut «pas se focaliser sur le produit alcool lui-même mais sur le comportement qui amène à se défoncer, car n’oublions pas que la consommation d’alcool baisse globalement depuis 40-50 ans».

Il n’empêche, les chiffres sont là : entre 2005 et 2010, Toulouse et sa région ont vu leur consommation dite à risque «chronique» ou «de dépendance» (1) subir une hausse significative de 2, 5 points, passant de 9 % à 11, 5 % de sa population. Avec une nette propension à consommer du vin au-delà du raisonnable. Et des jeunes (15-30 ans) encore une fois pas en reste : 25 % d’entre eux boivent du vin au moins une fois par semaine.

Ce qui fait dire à Jean-Claude Belin que «bien sûr, on peut faire la fête sans alcool, mais ici on est aussi dans une culture où il faut s’abreuver pour faire la fête». Une «tradition» très toulousaine (lire par ailleurs) qui a conduit l’équipe de l’ANPAA à intervenir à 35 reprises lors de soirées d’avril à novembre 2013 sur la place Saint-Pierre, le haut lieu des libations locales.

(1) 21 verres par semaine chez les hommes, 14 verres par semaine chez les femmes ou encore 6 verres en une seule occasion au moins une fois par semaine.

Article La Depeche du Midi

De l'art d'inventer la roue!
Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade
commenter cet article
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 17:46

C'était dans les années 70, à l'ère du tout voiture. Sous les arbres du jardin, il y avait la caravane des SDF à qui on donnait la pièce. Pour 1 franc, ils la gardaient  jusqu'à ce que l'on revienne après les courses. Sous les arbres, les retraités du quartier avaient leur boulodrome.

Une nuit la caravane a explosé ! Exit le parking  .

Pendant quelques temps , s'est posé la question : que faire de cet espace, il a même été envisagé un parking silo.

Puis la municipalité de l'époque, après réflexion a pris le parti " d'ouvrir la ville sur le fleuve " et a crée  ce qu'elle a appellé le Port de la Daurade et ce que les riverains, avides de verdure, appellent le jardin de la Daurade. Une peniche a été ammenée sur place et selon les voeux de la Mairie , a été transformée en restaurant.

Au fil du temps, l'utilisation de cet espace ne correspond pas toujours aux souhaits voulus mais quoiqu'il en soit , les habitants du quartier se le sont appropriés  et y toucher relève quasiment du crime de lèse-majesté!!
 

 

 

Nostalgie ...........
Nostalgie ...........
Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 10:20

En hommage à Louis Laval,  nous re-publions un article qu'il avait rédigé en 2003 pour le bulletin de l'Association. A l'heure des grandes modifications dans notre ville et notre quartier, il est bon de se souvenir de ce qu'était le "Port de la Daurade " dans les années 30"

Jeune enfant, j'avais la chance de pouvoir m'amuser sur le balcon de l'appartement qui dominait le port de la Daurade que l'on appelait communément “ En bas de Garonne ” . Les platanes n'avaient pas, loin s'en faut, l'importance actuelle et je pouvais regarder aisément l'animation de cet espace largement occupé par divers corps de métiers.

il y avait, tout d'abord, les bateaux-lavoirs .Ma mère, arrivée à Toulouse en 1 926 disait en avoir connu cinq. J'en ai le souvenir de quatre, entre le quai de Tounis et le pont St Pierre qui, à l'époque, n'était pas comblé comme actuellement, et arrivait donc au niveau de la chaussée (comme la Daurade en plus petit). Ces bateaux apportaient une grande animation .

On voyait les blanchisseuses professionnelles, la plupart habitant rue des Blanchers, descendre leurs grands paniers de linge et aller s'installer au centre du bateau, autour du lavoir proprement-dit ; les langues et les battoirs allaient bon train! Le tiers du port était constitué par les étendoirs où l'on voyait le linge sécher sous le soleil et secoué parle vent.

Un autre métier, qui constituait jusqu'à la guerre de 1 939, une importante activité, c'était les pécheurs de sable :

Leurs barques ,à fond plat, d'une dizaine de mètres de long, occupaient presque tout l'espace entre les bateaux..lavoirs. Un ou deux hommes les faisaient remonter, à l'aide d'une perche, le cours de la Garonne en se servant du contre-courant des berges; ils les arrêtaient en amont du Pont Neuf dans les sites d'atterrissement du précieux sable ? Avec une pelle à long manche, en forme de sarcloir , ils remontaient le sable et remplissait la barque de son lourd chargement, l'eau effleurant le rebord ;il fallait être fort et habile pour ramener la barque à .bon port. ils déchargeaient le sable le long du quai , attendait qu'il sèche pour le livrer aux entrepreneurs qui venaient le chercher dans des tombereaux - attelés, souvent de 2 chevaux, car il fallait remonter la rampe “ d'en bas de Garonne ” jusqu'à la rue.

Le dernier métier que j' évoquerais était le plus rare, mais il attirait ma curiosité : c'était le “ scaphandrier ” :  Chaque fois qu'il venait pour procéder à des travaux, soit sur les bateaux-lavoirs, ou aller à la recherche d'un disparu, je ne manquais pas le spectacle.

L 'homme, je le revois en pensée, un costaud, était harnaché du lourd scaphandre par des assistants; on peut le comparer à la tenue dèS hommes qui sont allés sur la lune; des gueuzes plombaient ses pieds et sa ceinture; on vissait Sur sa tête le casque en cuivre d'où partaient 2 tuyaux: un pour l'aération et l'autre pour communiquer. Une fois engoncé dans cet attirail, la pompe à main devait être actionnée pour qu'il puisse respirer. il disparaissait sous l'eau et on suivait sa trace aux bulles d'air qui venaient crever la surface. Quand il ressortait de l'eau, dégoulinant, on procédait à son déshabillage ce qui prenait du temps.

il y a beaucoup d'autre choses à raconter sur la vie de ce quartier si animé et si convivial avec ses commerces de proximité où les gens se retrouvaient avec plaisir. Mais ce sera pour une autre fois !

Louis LAVAL

 

Louis Laval et les années 30.
Louis Laval et les années 30.Louis Laval et les années 30.
Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade
commenter cet article
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 20:46

L'automne est là, le ciel est gris comme nos cœurs:

Après le décès de la fille de notre ami René Palosse, Président de l'association des riverains de St Pierre Capitole, nous apprenons ce soir le décès brutal de Louis Laval, figure bien connue de notre quartier et membre fondateur de notre association. Depuis quelques années , il ne faisait plus partie du bureau mais accompagnait nos activités avec gentillesse et affection, nous aidant de ses conseils judicieux.

Il va nous manquer, nos pensées vont vers sa famille.

                     "La vie a une fin, le chagrin n'en a pas"  Charles baudelaire

 

 

Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade
commenter cet article
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 12:31

Un article du magazine web Carré d'Info informe ses lecteurs que "A l’instar de villes comme Nantes ou Paris, Toulouse va probablement adouber cette année son « maire de la nuit ». Au-delà du caractère iconoclaste de la candidature à la veille des municipales, la démarche se veut porteuse de sens.

Car les nuits toulousaines ont de plus en plus mauvaise presse. Plus souvent à la une des pages faits divers que cultures, les haut lieux de la nuit à Toulouse sont également dans le collimateur de nombreuses associations de riverains, excédées par les nuisances sonores et les dégradations urbaines.

Pour contrebalancer cette définition des nuits toulousaines, des patrons de bars, des collectifs comme « Culture Bar-Bars » et autres professionnels souhaitent donc se doter d’un « maire de la nuit ». Le rôle de ce dernier sera d’incarner les différents aspects de la culture nocturne et d’oeuvre comme interlocuteur avec les pouvoirs publics et associations riveraines."

Puis il y a quelques jours , notre association est interrogée par Rue 89 sur le sujet et découvre ainsi le phénomène.

Journaliste pour le site Rue 89, je prépare un article sur l'élection à Nantes, Toulouse et Paris d'un maire de nuit.

J'aimerai avoir l'avis d'une association de riverains sur le sujet. Pensez-vous qu'un "maire de nuit" qui mettrait autour de la table tous les acteurs de la nuit ( y compris les assos de riverains) et ferait le relais avec le conseil municipal changerait quelque chose. Pensez-vous que c'est une bonne idée ?

 

Un "maire de nuit" qui mettrait autour de la table tous les acteurs de la nuit ( y compris les assos de riverains) et ferait le relais avec le conseil municipal : Mais cela se fait déjà!! les différents adjoints au Maire concernés par le sujet organisent (la plupart du temps à la demande des riverains) des réunions professionnels- riverains malheureusement sans grand résultat, un maire de la nuit n'ajoutera rien à ce qui se fait déjà.


A la suite de cet échange , l'article est publié

…........A Toulouse, six candidats ont répondu à l’appel. Parmi eux, Christophe Vidal, éditeur du magazine Minuit. « Ma candidature tombait sous le sens », explique ce familier de la nuit. « Le droit à la ville existe avec l’accès pour le citoyen à un certain nombre de services et il n’est précisé nulle part que ce droit s’arrête à 20 heures », insiste le Toulousain.

Et les riverains dans tout ça ? Dans la Ville rose, ils ne se sentent guère concernés. A l’image de l’association Vivre à la Daurade qui regrette de ne pas avoir été conviée aux débats et pour qui l’élection d’un maire de nuit « n’ajoutera rien à ce qui se fait déjà avec les élus en place ».

 

L'association des Riverains de St Pierre considère que les engagements de C. Vidal vont en partie dans le sens de nos demandes de nuit apaisées .

Toutefois devant le discours de ce dernier qui se targue de vouloir prendre en compte les mutations dues à la colonisation de la nuit par l’économie et le travail nocturne, et la nécessite d'offrir des services publics et privés la nuit dans le respect de chacun et notamment des riverains,nous restons dubitatif.

Pour sa part, Vivre a la Daurade aurait souhaité une vraie rencontre, ce qui aurait permis de dépasser les a priori et de comprendre le but véritable de cette élection et non une demande par mail mal posée et extrêmement courte et nous avons le sentiment que  le respect des riverains n'est qu'accessoire dans la course à l'election.

Et vous?

 

 

Maire de nuit:Quels intérêts seront préservés?
Maire de nuit:Quels intérêts seront préservés?Maire de nuit:Quels intérêts seront préservés?
Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 10:39

Le piéton est rentré, espérant retrouver le calme du quartier.

Hélas,c'était sans compter le bruit infernal du sciage des pavés et le gymkhana des engins de chantier et le soir les hurlements des jeunes gens soumis à de bruyantes et bizarres "procédures d’intégration".

Espérant un peu de calme durant le week-end, il a du sortir les boules kies pour supporter la musique électronique  accompagnant une projection d'images au Port de la Daurade samedi soir; la musique étant sensée adoucir les mœurs, on peut dire que c'était raté puisque tout le quartier depuis la Place de la daurade jusqu'à la rue Larrey en passant par jean Suau et Peyrolières a vivement protesté!!

Bref, le piéton a retrouvé et son environnement et ses habitudes!

Lui comme les autres habitants du quartier devront être très attentif au nouveau sens de circulation de la rue Malbec: En effet, dorénavant, les voitures emprunteront cette rue depuis la rue Gambetta vers la rue des Blanchers. En sortant devant l'école Lakanal , il faudra faire très attention aux piétons et aux voitures en provenance du quai Lombard, le panneau de circulation prioritaire pour la rue Malbec, devra les aider.

Cédez le passage à la circulation venant en sens inverse

Cédez le passage à la circulation venant en sens inverse

Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade
commenter cet article
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 16:54
Le piéton prend le frais , vous le retrouverez en septembre!
Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 14:24

Si le public n'était pas au rendez-vous lors de la dernière réunion de la municipalité sur le nouveau plan de circulation au centre-ville - lassitude ou début des congés-, les questions ont fusé de la part des présents.

En résumé, que les riverains soient pour ou contre ce nouveau plan, le souci était de savoir comment rejoindre notre quartier quand la Place du Capitole sera interdite aux voitures.

Un certain nombre de bornes permettra aux riverains - dûment répertoriés- (vive l'anonymat), grâce à des badges, de traverser pour rejoindre leur domicile et leur garage; mais pas n'importe comment, ni n'importe où.

Les habitants du quartier Daurade ne pourront passer que par la borne 7 ( devant le Bibent) pour traverser le centre. Un petit opuscule a été distribué dans les boites aux lettres et vous donne toutes les indications pour obtenir le précieux sésame.

L'autre principale interrogation concernait la Place de la Daurade, les participants (comme beaucoup de riverains rencontrés sur place) s'inquiètent de la sécurité une fois que les bornes en béton qui protègent trottoirs et terrasses seront enlevées.

Les adjoints nous ont rétorqués qu'il n'y aurait pas de problème, que cette portion serait à 20 km/h, une légère "bosse"permettant aux automobilistes  de ralentir, piétons cyclistes et voitures devant cohabiter harmonieusement!

Nous sommes tous très dubitatifs sur la capacité de ces derniers à jouer les bons citoyens quand on les voit à l'heure actuelle, malgré panneaux, bornes de béton et surveillance,  se garer n'importe où et s’énerver en klaxonnant à outrance dès que la circulation ralentit.

Enfin un dernier point sur lequel je m'interroge : la rue Malbec va changer de sens pour permettre l'accès aux riverains de la rue des Blanchers . Sachant que le début de la Place de la Daurade va dans le sens contraire ( soit st Pierre Pont Neuf) et que l'école Lakanal bénéficie d'un grand trottoir - ce qui est normal-, comment les automobilistes vont-ils se croiser à l'intersection malbec / daurade? Devront-ils jouer à saute-mouton, il aura t-il un feu? Quelle solution sera envisagée?

J'attends la réponse avec impatience ! Eh voilà !!!!!!

 Cette intersection est traitée en « passage à vue ». C’est-à-dire que les automobilistes s’insèrent dans le passage au moment où il n’y a pas de véhicules arrivant en face.

Les études de prévisions de flux ont conduit au choix de cette option.

Et la marmotte , elle met le chocolat dans le papier alu.............

 

 

 

Plan de circulation: Accès à notre quartier
Plan de circulation: Accès à notre quartierPlan de circulation: Accès à notre quartierPlan de circulation: Accès à notre quartier
Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 19:16

Pendant que beaucoup ont tout perdu et s'acharnent à enlever les tonnes de boues qui ont envahi leur maison, n'ayant plus que leurs yeux pour pleurer, d'autres  font la "fête" sans un mot ni un geste pour les sinistrés. Pas un des orchestre, ou ce qui en tient lieu, présent en ville le 21 juin n'a réagi à cette catastrophe. Et je tends l'oreille vers le sinistre silence de beaucoup d'élus à ce sujet.

 

Pas moins de 6 orchestres , Place de la daurade : 3 dans le jardin ( et la Garonne qui monte....) 2 sur la place et 1 sur le quai, tout près .

Loin de moi l'idée de regretter  cette "liberté musicale " mais je m'interroge sur le télescopage entre tous ces groupes et ce que le "public" peut en retirer , qu'est ce qu'il entend vraiment ?

Ce qui faisait le plaisir de cette fête a disparu, dans les rues on ne trouve plus que d'énormes baffles hautes d'un étage, les basses font trembler vos fenêtres et vous donnent le mal de mer et devant chaque café, kebab, sandwicherie, pizzeria, restaurant, il y a un stand de bière; des litres vont être ingurgités et des litres vont être déversés devant nos portes. Si vous souhaitez écouter de la flute traversière , du jazz, ou les gypsy king, mettez un CD!

Ce n'est plus la fête de la musique, c'est la dictature du matos à musik ! Et les images du lendemain  se passent de commentaires.

Fête de la musique ou fête de la bière !
Fête de la musique ou fête de la bière !Fête de la musique ou fête de la bière !
Fête de la musique ou fête de la bière !Fête de la musique ou fête de la bière !Fête de la musique ou fête de la bière !
Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 10:17

Nos amis de St Pierre directement impactés, nous ont transmis  le compte rendu de la réunion organisée par la municipalité.

1)- Présentation de la mise en application du Schéma Directeur de M. Busquet :
-  Limiter le centre ville motorisé seulement à ceux qui ont besoin (Riverains-Livreurs...).
- Mise en place de bornes avec badges ou macarons suivant les besoins.
- Suppression des potelets, mise en place de bancs et verdure,
- Rue Pargaminières et Romigières ouvertes avec limitation de vitesse à 20 km/h et au bout obligation de tourner rue des Lois (les pauvres riverains ! )
- Interdiction de passer devant les arcades pour TOUT véhicule sauf livraisons,
- accès rues Gambetta-Mirepoix-Jacobins par Wilson-Poids de l'huile et badge devant le Bibent,
- le droit de passer une des 17 bornes accordé suivant le lieux de résidence et du garage,
- droit aux riverains de stationner 20 minutes avec un disque spécial pour charger et décharger les voitures,
- rue Lafayette piétonne, circulation des riverains et livreurs à 6 km/h,

2)-Débat et questions posées, la Mairie ayant mis en place ce qu'elle a appelé des "ateliers" pour que tout le monde puisse s'exprimer:
- gros problème pour l'accès rues Gambetta-Mirepoix-Jacobins car il y a OBLIGATION de passer par les boulevards et Wilson. Il y a de nombreux parkings dans ces rues et c'est une bronquat qui s'est élevée, reprise dans chaque atelier!
- remarques sur la difficulté de traverser la rue Alsace-Lorraine le samedi après-midi avec la foule et les vélos!
- de nombreuses inquiétudes se sont exprimées sur le plan présenté, les riverains ont du mal à accepter ce qui s'apparente à un dictat : la population conteste ? changeons la population!.
- une proposition est venue et revenue : changer le sens de la rue Mirepoix.... oui mais ceux qui arrivent du nord ne peuvent plus arriver, autre proposition maintenir l'autorisation de passer devant les Arcades pour les riverains...

 

Nouveau plan de circulation : 1 Accès Capitole
Nouveau plan de circulation : 1 Accès CapitoleNouveau plan de circulation : 1 Accès CapitoleNouveau plan de circulation : 1 Accès Capitole
Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade
commenter cet article