Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 15:46

           SECTEUR 1-1 Le 5 Novembre 2009

     Monsieur le Maire,

   La démocratie de proximité à laquelle vous semblez tenir, ce dont nous  nous réjouissons,  a sans doute besoin d’être sérieusement rodée : non seulement sur les conditions de son exercice mais aussi  dans son aboutissement. En effet,  aux 17 associations  qui se sont réunies deux fois deux heures, on a   octroyé le droit de poser deux questions.  Je ne sais pas si c’est un effet de mode, mais cette manière Ancien Régime en a choqué plus d’un. Sans tomber dans le cliché éculé d’un inventaire à la Prévert, nous étions  capables d’ordonner les questions,  de leur donner une cohérence, de les hiérarchiser.

M. Le Maire, après l’exposé de vos projets et celui de Mme Ruiz,  les questions que je vais aborder,   vont vous paraître triviales,  voire mesquines. Et pourtant, soyez assuré qu’elles résument bien les préoccupations  essentielles et quotidiennes des toulousains du secteur 1.1. On aurait pu évoquer, les pistes cyclables erratiques, les dérives du marché Saint-Sernin, les épiceries de nuit, les rues à l’abandon,   mais pour éviter toute dispersion, nous avons préféré retenir les deux problèmes les plus aigus.

D’abord les désordres nocturnes. Tous les soirs de la semaine et jusqu’à 3 ou 4 heures du matin, l’hyper centre est le lieu de tous les bruits, vacarmes, tumultes, cris et bagarres, qui empêchent les habitants de dormir. Tous les soirs de la semaine, des rues entières, des entrées de parkings voient des écoulements d’urine et de vomi, des jonchements de bris de bouteilles. Ce spectacle « festif » atteint son comble place A. Bernard (avec la drogue en plus) et plus encore  place Saint-Pierre. A la saleté de la ville, réputation non usurpée, s’ajoute à présent l’insécurité due à l’ivresse sur la voie publique.

Second problème : l’espace public. Dans un contexte de trottoirs étroits, encombrés de containers, c’est de jour comme de nuit que les cafés  et souvent les restaurants s’approprient l’espace public. Les piétons sont contraints à risquer la rue. Quant aux poussettes et landaus, le centre ville leur est interdit (voir entre autres la rue Pargaminières ou la rue des Blanchers).  En dehors de quelques rares voies,  l’hyper centre  n’est pas fait pour les piétons, ce qui est quand même paradoxal.

Tous ces problèmes s’aggravent de jour en jour, puisque l’impunité est la règle et la sanction l’exception.  De l’office de la tranquillité me sont revenus maints témoignages. Courtoisie, écoute : très bien ; efficacité sur les tumultes nocturnes : zéro.

Plutôt que de nous demander vainement si, face à ces problèmes quotidiens qui usent la vie des riverains, la municipalité faisait montre d’inertie, ou d’impuissance, ou d’incompétence, nous avons préféré suivre les conseils dispensés par Mme Ruiz : faire des propositions, même si, dans un premier temps, cette demande nous a surpris : quand on souffre, on va voir le médecin, on l’informe des symptômes, et on attend une prescription du médecin,  pas du malade.

Mais après tout, la démocratie marche dans les deux sens.

Alors voilà des propositions simples.

1) Relativement aux nuisances sonores, à l’hygiène, à l’espace public,  application des textes de lois et règlements en vigueur, car ce sont ces textes qui organisent le vivre ensemble. Ils sont actuellement méprisés.

2) Collaboration étroite et efficace entre les services de la mairie (notamment sa police municipale) la préfecture et la police nationale.

3) Implication réelle et par contrat, des cafés et bars musicaux dans la tranquillité et la propreté de leurs  abords

4) Installations de nombreux  WC publics et gratuits au centre ville.

  Bref, il n’est plus temps d’identifier les problèmes en collant des gommettes sur un plan de la ville : tout le monde  connaît ces problèmes  depuis longtemps. Il est temps d’agir. Monsieur le Maire, vous qui êtes le dépositaire de l’autorité légitime, garant de la tranquillité de la ville,  nous souhaiterions que vous fassiez votre métier de Maire,  quitte à vous inspirer de ce qui se fait dans d’autres villes, à Lille par exemple, avec sa charte de la vie nocturne, ou dans quelques dizaines d’autres villes relativement à l’ivresse sur la voie publique.

Vous l’aurez compris,  j’exprimais  ici une exaspération  à son comble. Et l’exaspération n’est jamais  bonne conseillère.

 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade - dans vivre-a-la-daurade
commenter cet article

commentaires

le piéton de la daurade 18/11/2009 19:50


Vos impressions.....sont les votres! Ce texte a été écrit par quelqun qui ne fait pas partie de notre association mais qui vit dns le secteur 1( secteur qui regroupe les quartiers Capitole, 
Amidonniers - Caffarelli,  Les Chalets - St-Aubin - St-Étienne), ses impressions sont donc peu ou prou celles des habitants du centre ville.

Vous etes venus profiter de la douceur de notre quartier au bon moment,effectivement entre 19 et 23h c'est calme..Mais hélas c'est quand vous êtes tranquillement en train d'essayer de prendre un
repos bien mérité, dans les bras de Morphée que les adeptes de Bacchus, ayant largement abusé de la bouteille, sur les coups de 1ou 2 ou 3h du matin nous font aussi profiter de la puissance de
leurs cordes vocales!

Je sais que Toulouse est la patrie du bel canto mais point trop n'en faut!


djaba 18/11/2009 09:20


Bonjour, il est vrai qu'en ville, il faut faire des actions pour réduire un paquet de nuisances :
Ok pour les WC et pour la mise en place de container à verre (celui de ma rue a été supprimé car il y avait à cote un dépot d'ordure sauvage. Maintenant il ne reste plus que le depot d'ordure et
pas le container)
Il est vrai que les abords des restaurant et des bars il y a du monde et que forcement cela gene des gens qui pensent que Toulouse a une vie nocturne équivalente à celle du desert de Gauby un soir
d'octobre. Mais bon pour le moment les teleporteur n'existent pas et la poudre de cheminette ce n'est que dans Harry Potter.
Quand je lis votre blog, j'ai la curieuse sensation que le quartier de la Daurade est plus dangereux la nuit que Bagdad et Jerusalem réunni. Pour l'enecdote la semaine derniere un soir on est allé
mangé dans le quartier avec des collègues brésilien et ils ont été surpris : 1 Par le calme, 2 Par la sécurité
Je suis d'accord avec vous sur certains points : les terrasses de cafés qui s'étales telles des pieuvre sur les trotoir (le plus flagrant c'est les coulisses sur les boulevards)
Par contre j'ai la sérieuse impression que seules les activités validés par votre association ont une bonne valeur ajoutés à vos yeux.
Essayer d'aller dans des quartier plus difficile et vous verrez la différence