Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 15:40

La culture du pastel est liée au terme de Pays de Cocagne, évocateur de richesses fabuleuses et de vie facile et dont l'origine vient des coques évoquées ci-dessous. Ce commerce dans le sud-ouest de la France sera à la base de fortunes immenses.

 "Isatis Tinctoria", est le nom scientifique du pastel, cette plante à la fleur jaune est connue depuis l'antiquité. Les premières cultures de pastel venu d'Orient et d'Espagne, apparaissent dans la région au XIIème siècle. Le pastel atteint son âge d'or en France, fin XVème et au XVIème, dans la période comprise entre 1463 et 1562 au moment des guerres de Religion.                 
La couleur bleu indélébile qu'il produit est très recherchée et constitue une source de revenu appréciable. Le cycle du pastel, du semis au paiement, s'étale sur près de quatre années.

 La culture nécessitait une main d'oeuvre importante, après les labours les mottes devaient être cassées à la main puis on devait éliminer les mauvaises herbes. La cueillette se faisait à la main ou à l'aide de ciseaux. Plusieurs cueillettes se succédaient de l'été à l'automne. Les feuilles réservées à la teinture étaient stockées, elles étaient ensuite lavées, puis séchées à nouveau .Les feuilles étaient ensuite réduites en bouillie : on en extrayait une pulpe qui était à l'origine de la teinture.  Après le broyage, la pulpe était mise à sécher. Au cours de cette période, une première fermentation débutait, qui allait permettre le façonnage. Réalisé par les femmes, celui-ci prenait la forme d'une boule de dix à quinze centimètres de diamètre appellée « coques ». Une coque pesait environ 500 grammes. On peut considérer que le produit final représentait environ 7% du poids initial des feuilles.

 L'inégalité entre la très bonne qualité de la teinture obtenue dans les plaines du Lauragais et de l'Albigeois, et la qualité médiocre des tissus de lin produits dans la région (Mazamet, Toulouse, Carcassonne.) font que ces villes ne peuvent en aucun cas rivaliser avec les tissus anglais ou flamands à cette époque.
Ainsi le pastel doit être obligatoirement exporté vers ces centres de production textile. 

La montée en puissance de Toulouse est favorisée par la conjonction de plusieurs facteurs :

 - le manque de capitaux et de disponibilité financière des marchands béarnais et albigeois,

  • - l'organisation de la filière : les collecteurs achètent la récolte en feuilles, fabriquent et vendent la teinture aux marchands qui la commercialisent,
  • - du fait de la concurrence, les collecteurs prennent le risque d'acheter souvent avant la récolte, pariant ainsi sur un avenir hasardeux en raison des conditions climatiques. En outre, ils paient tôt une récolte qui ne sera vendue que plusieurs mois plus tard à des clients étrangers.
  • - le mode de paiement de l'époque, du fait de l'insécurité des routes, est la lettre de change; or toute transaction par ce mode passe par Lyon.
  • Dans ce contexte, l'essor de Toulouse s'appuie sur la qualité de sa structure bancaire : à la fin du Moyen Age  Toulouse dispose malgré tout de 30 "changeurs", rivalisant ainsi avec Lyon dans ce domaine.

Après cet essor, l'effondrement du pastel est très rapide :
- 1559 : récolte prometteuse
- 1558 : excellente récolte
- 1560 : elle promet de dépasser toutes les espérances
Cependant, en octobre 1560, le commerce pastelier toulousain s'effondre en raison de pratiques douteuses : les fonds de sacs des ballots de pastel sont mouillés pour en augmenter le poids, on mélange différentes qualités de produits payés au prix fort, en rajoutant du sable à l'agranat. La récolte de 1560 est certes abondante mais de qualité médiocre. Or, les prix sont maintenus, ce qui enfonce la crédibilité des marchands.

- 1561 : la récolte est encore plus abondante mais encore plus médiocre à cause des pluies de sorte que les cours s'effondrent. Certains marchands tentent de ne pas mettre toute la récolte sur un marché déjà saturé, mais ils ne sont pas suivis par les Albigeois.

- 1562 : c'est le début des guerres de Religion, avec dix jours forts en mai. Les circuits de commercialisation sont perturbés, les trafics interrompus, et le pastel est concurrencé par l'indigo dont la qualité est quasi équivalente mais la culture plus facile.

La disparition du pastel n'est pas complète L'Albigeois continue de produire et connaît un certain nouvel essor, éphémère, dès la fin des Guerres de Religion.Mais elle semble irréversible :
- en 1669, on compte moins 100 moulins à pastel dans la région d'Albi.
- en 1701, malgré un règlement protégeant le pastel signé par le roi en 1699, on n'en trouve plus que 60.
Certains essaient de déjà préserver la tradition en la renouvelant : au XVIIIème siècle, un certain Astruc réussit à tirer du pastel une aussi bonne teinture que celle de l'indigo, en simplifiant la culture, mais ses successeurs ne sauront pas la poursuivre.
 

(Cet article a été réalisé grâce à Documentation pedagogie.ac-toulouse - Nadine Lanneau- photo Jacques Batigne )  

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade - dans Un peu d'histoire...
commenter cet article

commentaires