Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 18:52

 

 Dans la série "découvrir le quartier " :

LA RUE CLEMENCE ISAURE

Elle n'est appelée ainsi que depuis 1806 en vertu d'une ordonnance municipale et sur l'initiative du Journal de la Haute-Garonne qui publia à cette effet un long article pour fortifier la légende de la Fondatrice des Jeux Floraux.

Dès le XIVe siècle, cette rue fut appelée rue des Ysalguier parce que les grands immeubles des Ysalguier( ou Giponniers ? fabricants de pourpoints) en occupaient tout un coté. Dans la cour du n°7 de cette rue qui a façade sur le n°16 de la rue Cujas, se trouvait autrefois la Tour Clémence Isaure où, selon la légende Dame Clémence serait morte de douleur et d'amour pour un certain et beau Lautrec.

L'Histoire du Languedoc, ouvrage écrit au XVIIIème siècle par le bénédictin dom Vaissette, nous apprend que Clémence Isaure " ...était une très riche et très généreuse dame, qui aimait la poésie et les belles lettres au point d'avoir créé un prix que l'on décernait tous les ans au mois de mai aux poètes ayant fait les plus beaux vers. Cette institution fut appelée le Collège de la Gaye Science, ou l'Académie des Jeux floraux, parce que les lauréats recevaient, dans l'ordre, une violette d'or, une églantine d'or, et enfin un souci d'or... "

Gérard de Sède, dans le Guide de la France mystérieuse, fournira plus de précisions sur la création du mythe :

"En 1323, sept notables réunis sous l'orme de Saint Martial, à Toulouse, dans le quartier des Augustins, créèrent la Companhia dels mentenedors del Gay Saba (Compagnie des mainteneurs du Gay Savoir) et instituèrent un concours annuel de poésie ouvert à tous les gens de langue d'oc, et dont le prix, décerné le premier mai, était une violette d'or fin. Les membres de la Companhia étaient tenus au secret.


Au XVème siècle, la Companhia, devenue Académie des Jeux floraux, bénéficia de la protection d'une dame toulousaine, Clémence Isaure, experte en Gay Savoir, qui légua à cette Académie des sommes si considérables que la ville de Toulouse jouissait encore de ces revenus au siècle dernier. Clémence Isaure mourut célibataire vers 1500, à l'âge de cinquante ans. Elle aurait été enterrée en 1557 sous l'autel de Marie, dans l'église de la Daurade (la Vierge dorée). Plusieurs érudits ont soutenu que Clémence Isaure n'a jamais existé et qu'elle n'est qu'un personnage symbolique figurant, comme la Dame des troubadours, un principe cosmologique féminin. Ils ont notamment souligné que, dès le XIVème siècle, c'est la Vierge que l'on appelle "Dame Clémence", et qu'Isaure veut dire Isis aurea "Isis dorée".

D'après Histoire des rues de Toulouse Jules Chalande

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade - dans Un peu d'histoire...
commenter cet article

commentaires