Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2006 6 28 /10 /octobre /2006 19:56

 

            Quand   on a tout essayé........." Mieux vaut s'adresser au bon Dieu qu'à ses saints", n'est ce pas ?

  Lettre à Monsieur le Ministre de l'Intérieur

               Monsieur le Ministre,

Depuis des années, les Associations riveraines des bords de Garonne ( St Pierre, La Daurade, La Dalbade, et La Prairie des Filtres) qui comptent près d'un millier d'adhérents et sympathisants, à la fois électeurs et contribuables domiciliés dans l'hyper centre toulousain (Quartier compris entre la Place du Capitole et les trois ponts sur la Garonne, dont la population n'est pas composée de " riches privilégiés " mais comprend une majorité d'enfants, jeunes et étudiants, des personnes actives, mais aussi beaucoup de personnes âgées, des commerçants, ..), ne cessent d'alerter et de saisir les Autorités publiques, et en premier lieu, M. le Maire, garant de la tranquillité de ses concitoyens. Leurs plaintes, interventions, et multiples démarches restent sans solutions pérennes à ce jour. Bien au contraire, c'est à une dégradation chaque jour plus préjudiciable et préoccupante de leur cadre de vie qu'ils assistent.

Depuis quelques années, les commerces de proximité de ce quartier disparaissent au profit de bars et de restaurants , cette transformation - pour bénéfique qu'elle soit aux étudiants et aux touristes, provoque des nuisances insupportables aux habitants (bruits, ivresse sur la voie publique, dégradations de toutes sortes, perte de qualité de vie et perte de pouvoir d?achat pour un certain nombre de petits propriétaires retraités qui ne peuvent ni louer ni vendre leurs locaux à cause de ces nuisances).

Le 19 janvier 2006, Monsieur le Maire de Toulouse accompagné d'un aréopage d'adjoints, face à notre exaspération et devant notre insistance, a accepté de nous recevoir. Il avait fort justement demandé aux représentants des institutions de l'Etat de participer à cette réunion.

A cette occasion, nous avons fait part de notre lassitude et de notre colère face au manque d'action des pouvoirs publics devant la non-application évidente des textes de lois (cf. notre manifeste) :

    • Horaires d'ouverture des débits de boissons

    • Fourniture d'alcool à des mineurs

    • Répression de l'ivresse sur la voie publique

    • Répression de la mixtion et de la défécation sur la voie publique

    • Répression du bruit

    • Etc?

Le représentant de Monsieur le Préfet nous a indiqué que Toulouse était la seule ville en France où les débits de boissons bénéficient d?une dérogation permanente quant aux heures de fermeture (2 h du matin en semaine et toute la nuit les samedis et veilles de fête), il nous a proposé de remettre ces horaires " aux normes " ; depuis cette date, malgré plusieurs courriers de demande d'informations, nous n'avons aucune nouvelle.

Monsieur le Procureur de la République nous a assuré ne laisser aucune plainte sans suite ; nous en sommes heureux, néanmoins compte tenu de la charge d?affaires et du manque de moyen de la juridiction toulousaine, nous n?avons guère d?espoir sur une résolution judiciaire rapide de ces problèmes.

Monsieur le Directeur de la Sécurité Publique nous a assuré faire le nécessaire ; néanmoins, depuis un an, nous ne voyons guère de différence. Dans la majorité des cas, le personnel policier semble se contenter d'un rappel à l'ordre et non d'une application stricte de la loi.

Les patrouilles de nuit de police municipale, seule réponse à nos demandes- sont le plus souvent impuissantes devant les rassemblements de jeunes gens et de SDF pris de boissons qui se déchaînent à la vue des uniformes.

Toulouse, réputée pour sa qualité de vie - et plus particulièrement notre quartier - fait dorénavant la une des médias :

Ainsi pour ne citer que quelques accidents graves :

En 2004

    • En Avril, un automobiliste fait un plongeon dans le canal latéral de la Garonne, alors qu'il venait de quitter les bars de la Place St Pierre,

    • En Octobre, après une soirée arrosée Place St Pierre, un jeune étudiant prend sa voiture et renverse deux jeunes filles en vélo ? l'une d'elles est décédée,

                    En 2005

    • Au printemps 2005, parmi des jeunes gens pris de boissons sur la Prairie des Filtres, l'un d'eux fait le pari stupide de traverser la Garonne à la nage, et se noie emporté par le courant,

    • C'est encore à la suite d'une beuverie qu'un jeune monté sur le parapet des quais fait une chute mortelle,

    • Une patrouille de police municipale intervient et sauve la vie d'un jeune homme blessé d?un coup de couteau après une bagarre Place St Pierre,

Enfin en 2006

    • Un jeune homme est agressé par le chien d'un SDF devant une épicerie de nuit, il est handicapé à vie,

    • Le 12 septembre un jeune homme est jeté du haut du Pont-Neuf et tué dans sa chute, après avoir été roué de coups.

Combien de morts faudra-t-il pour que les autorités fassent respecter la loi ?

 Nous ne souhaitons, ni l'instauration de chartes de comportement, ni d?arrêté transformant une tolérance en fait établi, ni transformer notre environnement en quartier de haute sécurité, nous demandons simplement l'application de la loi.

Monsieur le Ministre, nous vous demandons solennellement d'intervenir auprès de vos représentants afin que ceux-ci agissent efficacement et rapidement afin de faire respecter la législation en vigueur.

 

Dans cette attente, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Ministre, nos salutations respectueuses.

L'Association Vivre à la Daurade au nom des associations riveraines des berges de la Garonne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le piéton de la Daurade - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires