Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 17:40

 

 

A en croire les patrons de bars toulousains, c’est la catha !

 

A cause de qui ? …la crise… non le Préfet et son arrêté entré en vigueur il y a juste deux mois, soit le 1er février 2009 qui oblige les bars à fermer à deux heures en semaine et à trois heures dans la nuit du samedi au dimanche et les veilles de fêtes.

 

« Perte de chiffre d’affaire entre 1000 et 1500 € le week-end » pour l’un, « chute de 35% le samedi soir » pour l’autre avec à la clef le licenciement de personnel, entre « deux et trois cent emplois devraient disparaître dans un an » !!

 

Donc la mesure préfectorale qui était « censée endiguer la consommation d’alcool chez les jeunes » aurait bien atteint son but quand on voit les conséquences pour les cafés du centre de Toulouse : Je comprends pourquoi je voyais –et j’entendais- des hordes d’ivrognes qui passaient sous mes fenêtres –bien que mes nuits ne soient pas encore roses.

 

Et quant à M. Cohen, notre maire à tous, qui croit « qu’il vaut mieux que les jeunes passent leur soirée dans un bar » je crains que son analyse ne soit fausse : Ils boivent dedans et dehors !!

 

Le comble c’est la suite de sa déclaration –déjà publiée le 18 mars par la Dépêche- « il vaut mieux que les jeunes passent leur soirée dans un bar plutôt que dehors où il n’y a pas de règles ». Je suis effondrée (de rire ou de tristesse) : M. le maire ignore tout de la législation qui régit les municipalités et Toulouse en particulier, même si la répression n’est pas la seule réponse pour lutter contre ces comportements asociaux.

 

Quitte à « entamer une discussion avec la préfecture », il faudrait mieux, Monsieur le Maire, plutôt que de remettre en cause les horaires de fermeture des bars et discothèques  –Toulouse est quand même la seule ville de France où il n’y en avait pas - en profiter pour adopter une charte pour la qualité de la vie nocturne comme il en existe à Lyon et à Lille – pour ne citer que deux grandes villes ayant une municipalité socialiste.

 

Je me permets, pour conclure, de conseiller à M. Cohen, ses adjoints et conseillers municipaux de tout bord une lecture attentive de l’arrêté préfectoral du 20 janvier 2009 et des chartes précitées pour arriver à un accord consensuel entre toutes les parties ; La ville de Toulouse retrouvera peut-être le vrai coté festif qui la caractérisait il y a de cela un certain nombre d’années.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires